Los Senderos se bifurcan (2016)

for cello and ensemble

(fl, cl, bs cl, bar sax, tpt, tbn, 2 perc, pno, acc, electr guit, 2 vln, 2 vla, 2 vlc, db)

(14'00")

First performance : 4 October 2016, Paris, Salle d'Art Lyrique (CNSMDP), Cameron Crozman (cello), Orchestre des Lauréats du Conservatoire, David Reiland (conductor)

 

 

À propos de l'œuvre 

Dans Los Senderos se Bifurcan, la forme concertante m'a permis de travailler pour la première fois sur l'interaction, l'opposition et la convergence entre le soliste et l'ensemble instrumental. La structure de l'œuvre s'articule autour de quatre mouvements qui s'enchaînent. L'ensemble anticipe le matériau exposé par la ligne du soliste ou crée une sorte de réponse/conséquence à celui-ci. L'univers sonore du violoncelle est alors élargi, voire multiplié par le groupe instrumental. De même, l'ensemble peut établir une situation d'opposition, prenant un sentier différent et contrastant. En dehors de ces idées strictement formelles, il y a eu d'autres éléments qui m'ont accompagné pendant le processus (labyrinthique) de la composition de l'œuvre : la lecture de Borges, le chant d'oiseaux de la colline de Montjuïc à Barcelone, ainsi que le souvenir de mon grand-père, Ricardo Alvarado Pantoja (1928 – 2016), à qui cette pièce est dédiée.